À Propos

Le travail de Xavier Houssin oscille entre une photographie solitaire, humaniste et résolument urbaine.

Cet autodidacte parisien a enseigné la photographie, animé une conférence au sein de la Biennale des arts de Romainville « Ville rêvée, ville dessinée » et réalisé plusieurs expositions personnelles et collectives ces dernières années.

On retrouve évidemment dans son univers les inspirations photographiques de Brassaï, Depardon, Vishniac ou Ronis, dans des clichés tout en contrastes. Mais aussi, par le souci du détail du quotidien, des références littéraires qui l’imprègnent, telles que Zola, Sabatier, Boudard ou encore Pérec.

Plutôt qu’une mise en scène balisée en studio, Xavier Houssin préfère naturellement une approche naïve et spontanée, en extérieur, capturant des moments chargés d’une histoire silencieuse.

Chacun à leur manière, les photographes témoignent. Roland Barthes écrivait dans son essai « la chambre claire » : « toute photographie est un certificat de présence ». « Ce jour-là, j’ai été ici, j’ai vu cela et je vous l’offre » pourrait être l’ordre de mission que Xavier Houssin s’est donné.

En effet la scène urbaine, son terrain de jeu de prédilection, est un lieu de dynamisme et de rassemblement, un véritable brassage des cultures, où tout est à faire, à refaire, à voir, à découvrir.

Xavier Houssin photographie avant tout pour comprendre : la Vie, la Ville.

Photographier c’est aimer la ville, la voir vivre, grandir, évoluer, et faire le choix de vouloir partager. Photographier la vie de la cité, au même titre que couvrir les combats c’est s’engager à témoigner.

On a d’une part ses habitants, d’autre part son architecture, les deux ne pouvant se dissocier. L’imaginaire, c’est la capacité à se représenter le monde.

Dans ce monde que l’on traverse tous, jour après jour, sans y prêter d’attention particulière, Xavier Houssin, à travers ses photographies, se transforme en narrateur du théâtre urbain.

Chaque photo raconte une histoire muette. Chaque cliché donne au spectateur un canevas.
L’image à partir de laquelle il peut tisser l’histoire qu’il veut voir.

Le travail de Xavier Houssin, est le fruit de nombreuses années de voyage au bout de la rue, sur le bitume ordinaire. Ses séries d’images illustrent l’élaboration d’un véritable journal intimiste et visuel de la vie publique et quotidienne, qu’il nourrit de ses clichés.